9 longues années de fiançailles {Mariage}

C’était en 2007. J’étudiais encore à Poitiers et je devais partir en séjour Erasmus en Italie. Ayant terminé ses études, il venait de s’installer à Lyon où il avait trouvé son premier emploi. Après 10 mois d’une relation que nous pressentions pérenne, nous avions tout de même besoin de compenser symboliquement mon départ et les mois de séparation à venir.

Un jour, je trouvais donc, sur un fichier Word de mon ordinateur laissé ouvert, cette unique phrase, pleine d’une tendre naïveté et de sa retenue habituelle :

« Tu veux être ma fiancée ? »

Nous choisîmes ensemble nos cadeaux : pour moi, une magnifique bague en or blanc sertie de petits saphirs dans un style antique, pour lui, une belle montre aussi sportive qu’élégante.

Et nous nous sommes proclamés fiancés sans autre forme de procès ni de publicité.

mariage nature champêtre

Automne 2015 : convaincre et faire des choix

A l’aube de nos 10 ans de relation et armée de quelques angoisses existentielles, le mariage est une idée qui me paraît de plus en plus évidente et nécessaire. A mesure que l’envie croît dans mes tripes, j’élabore en pensées l’argumentaire qui aura le plus de chances de le convaincre. Je nous sais tous deux rebutés à l’idée de longs mois de préparatifs et d’un budget faramineux englouti pour une seule journée de célébration, quand tant d’autres projets valoriseraient davantage nos économies. J’ai envie que ce soit simple et rapide à préparer, je veux faire ça dès que possible.

Il est assez facilement convaincu par mon idée de mariage en petit comité : la famille proche, les témoins, la mairie, un bon resto et basta ! Puis une grande fête dans 1 an ou 2, quand nous aurons l’énergie et l’argent… Mais à mesure que l’on se projette, il nous paraît dommage de ne pas associer certains amis pourtant tout près géographiquement ou plus éloignés mais qui attendent cet événement avec impatience. De plus, nous sommes conscients qu’il est peu probable que nous organisions un jour la fameuse fête, lorsqu’elle n’aura plus valeur « nécessaire », une fois le grand jour passé. De même, si notre temps disponible est déjà réduit à peau de chagrin avec une année particulièrement dense et deux jeunes enfants, il se pourrait que les années à venir soient encore plus fatigantes… Nous prenons aussi quelques mois pour nous projeter et arrêtons la date à celle de nos 10 ans de couple, à 10 jours près.

Nous listons donc les proches d’un cercle plus élargi que nous aimerions voir près de nous ce jour-là… et réalisons que ce ne sera possible que si nous avons un appui financier de nos parents. Nous faisons notre annonce fin octobre/début novembre… et nous sommes chanceux : nos familles sont heureuses et prêtes à s’investir (financièrement et humainement) dans l’organisation ! J’ai choisi deux témoins du tonnerre. Malgré le stress des préparatifs effectués à côté des multiples autres urgences du moment (doux euphémisme… je vous ai dit que je suis passée à « ça » du burn-out en début d’année ? ou de la déprime, je ne sais pas encore bien), j’espère que le jour J sera à la hauteur.

Etant donné le budget fixé, nous avons fait des choix et priorisé les prestations. Mr Sioux a râlé quand j’ai évoqué le photographe (que nous avions oublié dans le premier décompte) mais cela me paraissait indispensable pour avoir un rendu à la qualité garantie de ce jour que nous ne vivrions qu’une seule fois. J’ai été enchantée de la photographe de mariage que nous avons choisie : à l’écoute, détendue et pleine de bonnes idées pour éviter les photos souvenirs trop guindées.

Nous faisons réaliser nos faire-parts par la patiente (nombre d’essais, hem…) et minutieuse Rose de Biboun, qui soigne autant ses réalisations que leur envoi.

déballage faire part

découverte faire part

En cours de route, il a tout de même fallu rallonger le budget. Nous avons pu compter sur nos petites mains et plein d’autres pour la réalisation de la playlist, des cadeaux des invités, de l’urne, de la décoration de salle et de table (big up à ma belle-mère pour les idées magnifiques et le temps, incalculable, qu’elle y a passé !), du panneau de plan de table, des gâteaux du goûter et des mets salés du vin d’honneur. Mon père, habitué des kilomètres, a joué les convoyeurs d’invités et le routier des aller/retours pour déposer des choses et d’autres à divers endroits.

Nouages à la chaîne le vendredi... sur 84 chaises

Nouages à la chaîne le vendredi… sur 84 chaises

décoration table mariage orange

Résultat le vendredi soir… très tard !!!

Nous avons pris plaisir à sélectionner nos boissons préférées parmi l’étendue des saveurs viticoles et maltées locales. Du Cerdon fruité et sucré a fines bulles pour l’apéritif, accompagné d’une bonne bière locale (bière des Ursulines, brassée dans la cité médiévale Iséroise de Crémieu) pour les amateurs. Des vins du Rhône et d’Ardèche pour le repas, rigoureusement sélectionnés par Mr Sioux, lors d’un blind test très professionnel à base de différentes chaussettes de ski visant à masquer chaque bouteille et son étiquette. Et enfin une Clairette de Die de chez Jaillance, bio, parfaitement sucrée, fraîche et pétillante pour accompagner le dessert.

boissons locale cerdon bière crémieu

Samedi 9 avril 2016 : notre grand jour

Après avoir nous mêmes assisté à de nombreux mariages, nous étions à la place des mariés ce samedi-là et cela me paraissait surréaliste. Tandis que les mariés que nous avions pu observer semblaient dans leur élément et au courant de quoi faire à quel moment, j’ai eu plusieurs fois l’impression de ne rien maîtriser et de patauger un peu ce jour-là. Malgré tout, des amis nous ont dit que nous avions l’air parfaitement sereins et pas stressés du tout vus de l’extérieur (aaaah les apparences !).

Mais c’est peut être aussi pour ça que la journée passe si vite, on a à peine le temps de se mettre dans le rôle et de s’habituer au costume … Qu’il est déjà tard et que les premiers invités viennent nous annoncer leur départ.

Ça a été compliqué de tout préparer, le stress, l’extrême fatigue des derniers jours, renoncer à des détails par manque de temps… Mais au final, tout ça valait le coup.
On a reçu tellement !

décoration plafond salle mariage nature centre de table nature mariage

C’est un énorme shoot de bonheur dont nous avons bénéficié les jours suivants (mais pas très longtemps, malheureusement, les soucis familiaux nous ayant très vite et violemment rattrapés). Mais je me souviens de ces quelques jours où nous nous repassions les images de la journée,nous disant que nous avions fait au mieux même si nous avions l’impression de ne pas avoir pu profiter de tout le monde. Nous avons été tellement touchés par toutes les attentions de nos invités, leurs sourires, leur bonne humeur, leurs mots et leur bien-être ce jour-là qui semblaient sincères. Pendant les quelques jours où ce sentiment a pu perdurer, j’ai eu l’impression qu’entourés d’autant d’amour et de belles personnes, tout était possible, rien ne serait jamais vraiment dramatique. J’avais foi en l’avenir et mon pessimisme/ angoisse naturelle réalisme était parti prendre l’air.

Même le soleil nous avait honorés de sa présence et après des jours d’observation angoissée des prévisions pluvieuses, il a réussi à compenser les températures encore fraîches.

J’ai adoré porter ma robe, cette création mûrement réfléchie et peaufinée des derniers mois, réalisée par une très talentueuse et adorable couturière lyonnaise. Je me sentais moi et je me sentais belle, sans concessions pour une fois (évidemment, avec un coiffeur et une maquilleuse en amont, ça aide !).

robe mariée orange

Fin du lancer de bouquet & félicitations de la gagnante EN-CHAN-TEE !

J’ai été sciée par la générosité des gens. Ce jour-là, je me suis sentie heureuse d’avoir les parents et familles que nous avions (sic), soutenantes et enthousiastes.

Bref : le mariage, nous l’avons fait, et BIEN fait. Nous ne l’avons pas regretté une seconde.

Appelez moi Madame.

NB : j’avais envie de rendre hommage à tous mes super prestataires, d’où les liens inclus dans cet article – qui ne sont ni affiliés ni sponsorisés ou quoi que ce soit d’autre.

Partage les signaux de fumée avec tes amis

4 réflexions sur “9 longues années de fiançailles {Mariage}”

  1. Pingback : Ces petits riens qui font du bien {25 SA} – Madame Sioux

  2. Pingback : Que garderai-je de toi, 2016 ? – Madame Sioux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*