Ce que j’ai vu de Milan {week-end à deux}

Voici un billet que j’ai tenté de rédiger en février dernier, pour publier quelques images de notre jolie escapade à Milan… en septembre 2016 ! Mieux vaut tard… Ce week-end, c’était le joli cadeau d’anniversaire inattendu de M. Sioux pour mes 32 ans. Inattendu et à point nommé pour s’évader 2 nuits des événements tumultueux que nous traversions alors bien malgré nous.

un week-end à milan routard

Nous connaissions déjà tous deux Milan – moi pour y avoir passé une rapide journée avec d’autres étudiants Erasmus en 2007, lui pour ses réguliers déplacements professionnels sur place – mais sans avoir jamais pris le temps de jouer réellement les touristes dans la capitale.

Pour être honnêtes, quand nous allons en Italie, c’est autant pour le climat, les paysages et la culture que… pour la gastronomie !!! Nous avions prévu une orgie de pizzas (des vraies) et de mozza (de la vraie). Mais aussi de ramener quelques litres d’huile d’olive et autres mets secs ou frais.

Depuis 2 mois, la mini squaw avait élu domicile dans mon ventre et je ne me lassais pas de passer et repasser devant le grand miroir de la chambre d’hôtel, tantôt pour admirer le tomber de ma nouvelle coupe de cheveux top et dynamique, tantôt pour me cambrer et jauger la trèèèès évidente silhouette de future maman qui commençait à se dessiner. Enfin… évidente… de l’extérieur, on pouvait au choix envisager un début de gestation ou un excès de pizzas.

1er trimestre 13 sa

Proéminent, n’est-ce pas ?!

Ainsi, partis un vendredi après-midi, nous avons tout d’abord savouré le silence de l’habitacle automobile. En réfléchissant à un programme réaliste pour ces deux jours (je n’échappais pas à l’intense fatigue du premier trimestre et peinait même à marcher plus de 20 min), nous fûmes bientôt délestés par le passage du tunnel de Fréjus et de moult barrières de péage côté italien, que nous n’avions pas anticipées. Sur Instagram, je m’amusais des tickets de péage au format poster de nos amis transalpins.

week-end à milan en voiture péage

Sérieusement ??

Ce soir-là, même si l’heure tardive (22h) et la chaleur nous ont un peu coupé l’appétit, nous trouvons l’énergie de partager une mozza suivie d’une pizza chacun.

mozza di bufala - week-end à milan

pizza basilic week-end à milan

Regardez-moi un peu cette croûte savoureuse… Je pourrais presque en manger sans aucune garniture. Elle a un goût que je n’ai retrouvé que dans de très rares pizzerias en France.

Et le lendemain, parce qu’il y a des priorités, nous commençons par dévaliser une grande surface de tout le nécessaire (et même plus) prévu. Je tombe en arrêt devant les 2 double rayons bien garnis et abordables d’alimentation sans gluten qui raviraient certains proches…

supermarché coop rayons sans gluten

Avec tout ça, nous sommes arrivés dans le centre de Milan à l’heure du repas… Nous n’avions pas très faim, rapport au copieux petit-déjeuner pris tardivement à l’hôtel mais il est important de ne pas trop se décaler, et surtout de trouver quelque chose à manger pendant les heures de repas traditionnelles. Du coup, ce ne fût pas facile mais… nous avons enchaîné avec une nouvelle mozza ! Fumée quand même, pour varier un peu.

métro week-end à milan

mozza di bufala affumicata milan

Mozza di bufala affumicata

Le ventre plein, nous avons enfin pu jouer notre rôle de touristes et nous sommes dirigés vers le fameux Duomo milanais.

il duomo milano visite

De style gothique tardif, le Duomo est la plus grande église du monde catholique après Saint Pierre de Rome et la cathédrale de Séville. La façade a tellement d’extravagance qu’on la surnomme le « Hérisson de marbre ». L’évidente folie de celle-ci contraste avec l’intérieur, monumental, certes (5 nefs soutenues par 52 piliers de 3,5 m de diamètre !), mais plus froid.

place du duomo milan

Le Duomo surplombe une immense place…

place duomo galerie emmanuel II

… sur laquelle débute (ou débouche, c’est selon le sens de votre visite) la galerie Vittorio Emanuele II

Particulièrement touristique, le Duomo a le privilège de bénéficier de deux files d’attente : l’une pour acheter les billets d’entrée, la seconde pour pénétrer dans le sanctuaire ! Malins comme des singes, nous décidons de faire la queue chacun d’un côté. La file d’attente menant à l’entrée est particulièrement longue et serpente sur le parvis. Pourtant, rapidement, je vois que M. Sioux y progresse beaucoup plus vite que moi. De mon côté, sur les 5 caisses existantes, deux seulement sont ouvertes : une pour les groupes et personnes prioritaires, la seconde pour tous les autres. Comme on peut s’en douter, le première est donc totalement vide. La guichetière taille le bout de gras et visiblement, ça n’effleure personne d’y faire passer quelques touristes histoire de désengorger la seconde. C’est alors que je décide de tenter ma chance, embêtée à l’idée que M. Sioux arrive au bout de sa file et se fasse refouler car il n’a pas encore les billets. Je sors un peu le ventre et me dirige (presque) naturellement vers la caisse prioritaire. Je commence à informer la guichetière que je suis enceinte (et non une usurpatrice ou une personne n’ayant pas compris la répartition entre les caisses), laquelle me répond, totalement indifférente « How many tickets ? ». Bien vite (mais sans courir et en sortant toujours un peu le ventre pour rester dans le rôle hein), je rejoins M. Sioux en exhibant nos deux tickets, prête à lui narrer mon coup de génie – ou pas, quand on pense que j’ose difficilement utiliser les caisses prioritaires quand je suis enceinte de 7 mois… Bref, après avoir couvert mes épaules de femme tentatrice, nous sommes enfin autorisés à franchir les portes du Duomo.

duomo week-end à milan

Où l’on distingue la fin de la file d’attente

duomo nefs milan

duomo milan visite intérieur duomo milan visite intérieur pilier

Nous avons continué à flâner à travers la galerie Vittorio Emanuele II, la voûte de verre et d’acier (50 m de haut), qui abrite un certain nombre de magasins de luxe, restaurants et cafés, pour déboucher sur la place … non de la Scala. Même si je n’avais pas la technique ni le matériel adéquat pour les immortaliser avec savoir-faire, j’ai beaucoup aimé les différentes mosaïques au sol.

galerie vittorio emanuele II

milan louis vuitton

mosaïque milan mosaïque galerie vittorio emanuele II milan galerie vittorio emanuele II

Parce qu’il est important de ne jamais se laisser aller, que je fatiguais vite et qu’il nous fallait trouver un endroit où nous assoir sans être harcelés par les vendeurs de perches à selfies, nous avons ensuite décidés d’aller déguster une glace ! La plupart des glaciers proposent des produits divins mais bien souvent à emporter, ou alors à savourer rapidement sur un coin de bar, bar qui était quasi systématiquement occupé. En voguant lentement dans les rues de la capitale italienne, nous avons encore admiré quelques vieilles pierres, afin de dégoter notre bonheur.

anciennes halles milan anciennes halles milan place commerce milan place du commerce milan place du commerce

Outre le vaste choix de parfums glacés et de formules prêtes à satisfaire ma gourmandise extrême, c’est à cet endroit que j’ai eu le sentiment d’apprécier une crème glacée pour la première fois de ma vie. Je n’ai jamais particulièrement aimé la glace, trop froide (sic) donc désagréable à manger et qui n’était pas assez gourmande à mon goût pour constituer un dessert digne de ce nom. Ici, j’aurais pu en reprendre 2 fois !

cioccolati italiani glacier milan meilleur goûter

On a fait pire comme goûter

cioccolati italiani glacier milan

Je vous passe mon naïf extase lorsque j’ai versé le chocolat chaud liquide sur mes boules de glace et qu’au lieu de faire fondre la glace, celui-ci s’est instantanément figé, m’offrant ensuite un joli chocolat grillagé que j’ai pu décoller de la glace et déguster en le croquant. Bref, les petits émerveillements et plaisirs simples de la vie 😉

cioccolati italiani glacier milan

Pour brûler tout ça et s’assurer de s’ouvrir l’appétit pour le soir, nous avons poursuivi notre escapade jusqu’au Castello Sforzesco.

Forteresse militaire au XIVe siècle sous les Visconti, ce quadrilatère en brique de 200 m de côté, limité à chaque extrémité de sa façade par 2 tours cylindriques, abrite aujourd’hui plusieurs musées.

fontaine castello sforzesco milan castello sforzesco milan douves castello sforzesco milan castello sforzesco forteresse milan castello sforzesco bibliothèque milan castello sforzesco milan castello sforzesco milano

Nous avons traversé la cour et les jardins intérieurs, admiré le bâtiment et sommes rentrés, jusqu’à la bouche de métro la plus proche, tant que mes jambes tenaient encore le coup.

J’ai ensuite retrouvé le confort ultimement glamour de mes mirifiques pantoufles d’hôtel !!

hotel milan pantoufles

pizza italienne milan

Last but not least…

Nous avons repris la route le lendemain matin sous le soleil… et sommes arrivés sous la pluie.

La prochaine fois, si nous n’avons pas des litres d’huile à ramener, nous viendrons en avion !

lyon milan en voiture

trajet voiture autoroute milan

Ciao Milano ! Ci vediamo !

Partage les signaux de fumée avec tes amis

2 réflexions sur “Ce que j’ai vu de Milan {week-end à deux}”

    • Contente d’avoir un retour et d’avoir donné envie à quelqu’un.
      Sinon, globalement, on recommande un peu toute l’Italie 😀 #TeamMorfales
      Bonne soirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*