En voie d’apaisement, un jour sur deux… {J-30}

C’était décidé : étant en congé maternité et « disponible », je garderais mes enfants moi-même pendant les vacances d’hiver. Enfin du temps ensemble, du temps à notre rythme, un peu de temps hors du temps. J’allais même prendre le temps d’organiser des sorties culturelles et autres ateliers créatifs pour occuper tout ce petit monde gaiement – cela constituerait par ailleurs un test intéressant pour mon projet de congé parental.

Mais c’était sans compter sur le principe de réalité. Celui où je n’ai en réalité toujours pas l’esprit libre (dernière mission acceptée la veille de mon congé maternité mais sur laquelle je n’ai pas encore eu le temps de travailler), celui où mon corps ne me suit plus, celui où je suis toujours en manque de fer après un mois de traitement…

Alors lundi soir, après avoir appris que les inscriptions au centre de loisirs étaient de toutes façons clôturées, j’étais épuisée mais bien obligée d’envisager les choses sous un autre angle. Je me suis couchée à une heure presque décente (23h30), levée à une heure correcte (voire indécemment tardive pour un parent de jeunes enfants… 8h30 !) et, SURPRISE, j’ai passé une bonne journée avec les enfants : moins de douleurs, pas de programme pré-établi mais un enchaînement entre petites obligations à droite à gauche, activités manuelles et temps de jeux libres… sans abus télévisuel ! J’avais compris lundi qu’en ce moment, les enfants voulaient simplement jouer tranquillement tous les deux, plongés avec passion dans leurs aventures imaginaires (plus ou moins bruyantes), bien contents d’être simplement à la maison et de n’être obligés d’aller nulle part – sauf peut-être si la sortie consistait à aller en vélo jusqu’au bord de la rivière voisine où ils aiment actuellement entasser des branches et construire des frontières imaginaires en escaladant de gros tas de cailloux.

sorties nature enfant foret rivière

Mardi soir, j’étais donc pleine d’un nouvel optimisme, conjugué à une forme physique relative : je me disais que ce ne serait pas évident tous les jours mais que je commençais tout de même à reprendre pied. Mon corps me trahissait un peu moins, la fatigue semblait moins intense (un effet placebo du nouveau traitement au fer et plantes, entamé la veille au soir ??) et je réalisais que je pouvais à présent légitimement commencer ma valise, à un mois du terme tout pile. Même si la petite squaw avait encore 30 jours devant elle pour parfaire ses rondeurs et préparer sa sortie.

Mercredi, dégringolade des bonnes ondes : retour de la fatigue et nouvelle douleur sourde, intermittente mais régulière dans le bas ventre. Ca ne ressemblait pas aux contractions habituelles que j’ai en journée, ni à du travail… Mais je finissais la journée en paniquant un peu. Et clôturais quasiment ma valise, au cas où. Même si je sais que je suis plutôt du genre à amener les bébés au terme du terme. Le stress s’empare un peu vite de moi ces temps-ci…

37 sa valise maternité

Deux sacs à la va-vite : un pour l’accouchement, un pour les suites et vêtir tout le monde convenablement avant de repartir !

Ce matin, j’essaie de revenir à des pensées plus apaisées. M. Sioux a pris sa journée pour me permettre de lever le pied et d’avancer ma mission, dans l’espoir de me libérer partiellement l’esprit – même si ce dernier est dorénavant particulièrement réfractaire à l’idée de se focaliser sur du travail. Les enfants retrouveront l’école lundi et quelques jours après, une fois cette mission terminée, je pourrai normalement ressentir la réalité de ce congé maternité, qui n’existe pour l’instant que sur le papier. La petite squaw peut encore savourer la location quelques semaines. Au passage, j’apprécierais qu’elle oublie un peu ma vessie et ses diverses sessions d’écrasement d’organes… encore une qui va être tonique ! (à ce propos, vous avez vu cette vidéo édifiante réalisée par le Musée des Sciences et de l’Industrie de Chicago ? Une animation montrant la réorganisation des organes de la femme enceinte au fur et à mesure de la croissance du fœtus … Voilà qui donne une idée du confort interne tout relatif de la fin de grossesse !).

Belle fin de semaine à tous, si possible avec quelques rayons de soleil !

Partage les signaux de fumée avec tes amis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*