Laisser couler la vie en t’attendant {38 sa}

Je suis assise là, au soleil, mon rooibos à la rose dans la main, sur notre terrasse en bois que tu connaitrais toi aussi, puisque nous allons encore rester ici quelques années. Je lis les mots des autres et je réalise qu’ils font écho, à cet instant précis, à mon ressenti de fin de grossesse.terrasse soleil thé

C’est un week-end childfree comme on dit : ton frère et ta sœur sont chez leurs grands-parents tandis que nous en profitons pour dormir, nous détendre et ranger. Mais étrangement, je n’avais pas une telle envie de les confier hier soir, je ne me sentais pas aussi libérée que j’ai pu le ressentir à des moments difficiles ou épuisants quand ils étaient plus jeunes. C’est agréable de pouvoir faire des choses chez soi sans interruption, c’est indéniable. Mais c’est si vivant et énergisant aussi, quand ils sont là 😀

printemps fleurs bleues prairie

Je sens les rayons chauffer mes bras nus, pour la première fois de l’année, je regarde ces tapis naissants de petites fleurs bleues, je laisse la brise me caresser sans me rafraîchir et je me dis que ça va être extraordinaire, dans quelques jours ou semaines, d’être là à nouveau, avec cette tisane et sur cette terrasse, mais en te tenant dans mes bras, tétant ou endormie, les yeux clos ou plongés dans les miens, toi ce nouveau petit miracle tant attendue par nous tous, ton frère et ta sœur compris.

Plus nous approchons de ta naissance, plus ils couvrent mon ventre de baisers et de paroles, plus ils t’incluent dans leurs pensées et leur quotidien : tu passes déjà avant moi quand il s’agit de se dire aurevoir. Il y a un bisou sur mon ventre pour la petite sœur et enfin un pour moi, sur ma joue. Quand je dis à ta sœur que je reviens après son cours de judo, elle répond que la petite sœur va revenir la chercher et s’adresse à elle pour dire « à tout à l’heure ». Elle t’a choisi un doudou dans un magasin en février et depuis, elle dort avec chaque nuit, pour ne pas qu’il ait froid. Ton frère en a choisi un dans un catalogue et s’est acoquiné avec mamie pour qu’elle le tricote pour sa petite sœur. Et pour la première fois depuis qu’ils savent ta présence, tu es apparue distinctement et fièrement sur une œuvre d’art de ta grande sœur.

Nous aurons tout le printemps et tout l’été pour nous découvrir, t’admirer et nous promener en tenues légères qui ne t’encombreront pas. Ils vivront, bruyamment comme de rigueur, et tu observeras, curieuse et avide, le ballet de ces deux enfants qui seront bientôt tes demi-dieux, comme ton frère l’a été pour l’Iroquoise… mais des divinités attentionnées et dévouées, je n’en doute pas.

isère champ campagne

Si j’ai souvent souhaité, par grand inconfort, que cette grossesse arrive vite à son terme, je garde un petit regret de m’être si souvent sentie stressée, usée, sous pression par notre rythme et nos soucis. Mais je garde heureusement le souvenir de nos petits échanges de fin de journée, même s’il n’y avait qu’eux, quand tes mouvements venaient faire sauter ma main, le soir dans mon lit.

Je conserverai, aussi, le début de sérénité de ce bref congé maternité. J’aurai commencé à préparer et laver tes petits habits dans la hâte du quotidien, bouclé ma valise dans la hâte et le stress de la 2e semaine fatigante des vacances scolaires, mais à présent, j’ai encore le temps de faire le point sur le nécessaire à ton arrivée, de me projeter, de dormir surtout (il le faut !) et de voir s’arrondir doucement mon ventre jusqu’à la fin (on me dit d’ailleurs régulièrement qu’il n’est pas si gros étant donné le terme. Je n’ai pas trop d’avis mais je constate que j’ai stocké beaucoup moins de kilos que pour tes aînés et ça, c’est toujours bon à prendre !).

chocolat dulcey valrhona croqué

Aujourd’hui, nous sommes à 3 semaines de ton arrivée théorique et enfin, je commence à lâcher prise, je croque les instants et je peux t’attendre, sereinement.

38 sa - 9e mois

Partage les signaux de fumée avec tes amis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*