Un p’tit rituel du matin ?

Dans la salle d’attente chez le médecin (ou ailleurs), il y a un truc que j’aime bien faire en entrant, c’est chercher des numéros de ELLE. Un magazine que je n’achèterais jamais (je n’achète d’ailleurs aucun magazine) vu le peu de contenu qui m’intéresserait à l’intérieur mais il y a cette rubrique à la fin, qui doit s’appeler « C’est votre histoire » ou un truc comme ça, et qui comble bien mon besoin de voyeurisme passager (ça doit être mon équivalent de télé-réalité, une fois tous les 6 mois) (oui, ma généraliste n’a pas ELLE donc j’en lis pas souvent).

J’aime bien lire les histoires des gens. Surtout que s’ils témoignent, c’est forcément qu’il leur est arrivé un truc pas commun ou qui a, tout du moins, une chance de divertir le lectorat.

Et juste après cette rubrique – c’est d’ailleurs souvent ainsi que je la retrouve, en prenant le magazine par la fin – il y a une autre rubrique qui doit s’appeler « Une journée avec… » (j’ai mis un lien, vas-y, cultures-toi). Là, à chaque fois, une personne plus ou moins célèbre (souvent un-e artiste) nous raconte par la menu sa journée type.

J’adore parce qu’en lisant ça, déjà, j’ai l’impression que ma vie est carrément plate et peu excitante. Et puis j’ai l’impression que ça commence souvent de la même façon : M. ou Mme se lève tôt et fait un peu de méditation ou bien il commence toujours la journée par un grand verre de jus de fruit pressé ou bien il se lève quand il a envie parce qu’il-elle a son propre rythme et se couche souvent tard dans la nuit – création oblige. Ensuite il travaille un peu le matin à coucher sur le papier ou son instrument ses idées créatives, avant d’aller déjeuner ici ou là, de rejoindre son studio d’enregistrement ou des amis pour un brunch, … Bla bla bla. Bref, vous avez compris l’idée.

Au final, en lisant et en écrivant des blogs, j’ai compris que sur le papier, la vie quotidienne pouvait toujours paraître plus excitante, douce ou bohème qu’elle ne l’était. Parce qu’après tout, on raconte bien ce que l’on veut. On le romance (ou on ironise) un minimum pour que ça soit plaisant à écrire et intéressant à lire.

Moi aussi je pourrais raconter mes débuts de journée et en les écrivant, je les dépouillerais de tout ce qui n’est pas essentiel (mon pyjama que je conserve jusqu’à un horaire indu quand je bosse à la maison, mon petit dèj à l’arrache, le bazar partout, mon bureau que l’on devine à peine sous les papiers, le linge qui sèche depuis 4 jours, …) et je laisserais le lecteur passer mes mots au prisme de ses fantasmes. Il transformerait à loisir les images que je suggère pour en faire ce qui le fait rêver, ce qui lui permet de s’évader si c’est ce qu’il souhaite. Il verrait une belle table en bois là où il n’y a qu’une nappe tâchée, il construirait un espace dédié digne de ce nom là où mon bureau ne consiste qu’en une pièce hétéroclite entre l’annexe de salle de jeu, le bureau familial, la chambre d’amis et le débarras.

Parfois, moi aussi je me prends à rêver ma vie. Je regarde des outils qui me donnent des pistes pour changer des choses.

Lien vers la passionnante infographie source au format complet : http://learningfundamentals.com.au/wp-content/uploads/Focus.jpg

Je fixe mon attention là-dessus par exemple et je me dis  « Mais grave, faudrait que je me fasse 10 min de relaxation/sophro/yoga tous les matins – et aussi que je m’accorde 1/2h créative totalement free. Bref… » Après mon jus d’orange pressé, la préparation sereine de mes gamins qui partiraient volontaires et proprets à l’école, mon petit tour sur Le Monde en ligne et mon bol de muesli aux baies de Goji bien sûr. Bien entendu, je finirais de déguster mon thé vert dépuratif en listant mentalement les tâches importantes de ma journée avant de m’habiller (très classe, même si je ne sors de chez moi qu’à 17h40 pour aller chercher les enfants) et de m’installer, en mode super posée et productive, devant mon ordinateur à 9h pétantes.

…..

Non mais sérieusement, ma tête est pleine. De culpabilité, de surcharge mentale, de « il faut » et « pourquoi tu n’y arrives pas b*rdel » donc STOP. Cette année, je vais vraiment essayer de me tenir à un pseudo rituel – même si c’est un concept limite antinomique avec le fonctionnement de mon cerveau. [D’ailleurs, mon cerveau, je reviens vous en parler bientôt.]

2015 commence à peine et je vais peut-être prendre des résolutions finalement.

Pour une fois.

Partage les signaux de fumée avec tes amis

4 réflexions sur “Un p’tit rituel du matin ?”

  1. J’ai esquissé un rictus à la lecture de ce passage : « mon jus d’orange pressé, la préparation sereine de mes gamins qui partiraient volontaires et proprets à l’école ». En réalité, j’ai esquissé un rictus de « mais ouais, c’est ça, tu peux rêver ». Non pas envers toi, mais en pensant à mes matins.

  2. Je retiens le coup de la sophro au réveil, quand je suis levée à 5h par deux loupiots, je peux bien m’accorder 1/4 d’heure de méditation transcendantale. Ou bien, prendre deux expressos en écoutant les cris de mes hiboux. Au choix.
    Et sinon, se mettre à bosser à 9h pétantes, c’est bien tentant aussi, et pourtant, impossible.
    Raaaaah la la, mais en fait, les artistes ne seraient-ils pas mythos?

    Allez, ta résolution pour 2015: aux chiottes, la culpabilité.
    Bisous

    • Mais oui, à 5h du mat, avec toute l’énergie que tu dois avoir (sic), fais-toi un bon petit exercice de sophro où tu te secoues le corps comme un pantin pendant 1 ou 2 min. Ca doit faire du bien et en plus, ça va sûrement divertir tes hiboux :-p

Répondre à Mère Geek Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*