Sous la verrière

J’aurais bien du mal à poser des mots sur ce qu’il se passe dans ma tête en ce moment. A fortiori des mots qui soient encore valables dans 1h.

Je vis les montagnes russes des émotions, l’ambivalence des sentiments, le grand écart des envies, l’improbabilité des décisions aussi évidentes qu’éphémères.

Des phrases me viennent, semblent m’offrir les prémices d’une idée claire et d’un article structuré, ou constitueraient les premiers mots marquants d’un roman.

Je les savoure mentalement… je ne note pas, persuadée que je ne peux faire l’affront à l’évidence de cette tournure de l’inscrire sur le bloc-notes de mon smartphone, que la perfection de tels mots ne pourra faire défaut à ma mémoire par ailleurs remarquable.

***

Et puis tout s’en va. Les désirs comme les choix. Le romanesque du RER qui sillonne la campagne comme les rêves éveillés.

Le retour à la réalité est brutale (surtout pour mes genoux, sur le quai). Je me sens errer. Le sentiment d’échappée s’est fait la belle. La fatigue face à l’inconnu est finalement bien plus douce que l’étreinte des inquiétantes réalités qui reprennent leurs droits.

***

Ses yeux verts ne seront pas dans le train du retour. Je vais pouvoir l’écouter ma musique cette fois. Rien de mieux à faire.

Certaines chansons sont un réconfort autant qu’un déchirement.

sous la verrière

C’est comme ça dans ma tête en ce moment. Un fouillis tour à tour sécurisant et angoissant. Un refuge qui se dérobe s’il me sent trop empressée. Une injonction à refaire mienne ma réalité sans m’offrir clairement le ticket retour qui le permettrait.

Partage les signaux de fumée avec tes amis

8 réflexions sur “Sous la verrière”

  1. Pas toujours évident de savoir ou en est .. En ce moment, c’est pareil chez moi. Contente d’être en congé parental mais la fatigue me laisse pas le temps d’en profiter et de le savourer à juste valeur.
    Laisses toi le temps .

  2. Comme je comprends ces mots… je pourrais coucher les mêmes, avec plus de véhémence et de colère de ne pas trouver le chemin du retour, le retour à celle que j’étais ou que je veux être.. <3

    • Sans parler de la colère de ne pas arriver à aller au bout des projets qui nous tiennent à coeur. Ca viendra peut-être mais j’ai le sentiment de devoir rattraper 3 ans (au moins) où je me suis laissée porter. Peut-être devons-nous faire preuve d’un peu plus d’indulgence en attendant de faire notre chemin dans ce labyrinthe.

  3. Madame ou mademoiselle, je ne vous connais pas mais laissez moi vous dire que vous avez une magnifique plume. Vous devriez penser a écrire….

    • Merci pour votre commentaire qui m’a vraiment touchée 🙂
      Si vous saviez comme j’aimerais écrire… Je tente de m’y atteler avec davantage de discipline qu’auparavant, j’espère que 2014 me portera chance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*