Visibilité et ressentis {24 SA}

Si on prête attention à mon ventre, la grossesse est à présent clairement visible, même avec mon manteau. Pour autant, les gens peuvent aussi me parler pendant 10 min sans y faire attention ni le deviner. Une maman de l’école, invitée à prendre le goûter mercredi dernier, a découvert ma grossesse en devinant le ventre rebondi sous mon pull, chez moi… ce qu’elle n’avait pas noté les nombreuses fois où nous nous croisions tout emmitouflées à la garderie le soir ces derniers mois.

Lundi soir, lors d’une soirée réseau, c’est lorsque j’ai posé la question de la compatibilité entre la nourriture aux huiles essentielles que je m’apprêtais à déguster et la grossesse que mon interlocutrice m’a questionnée et a fini par voir ma petite proéminence abdominale.

Aujourd’hui, ma petite squaw est visible pour qui veut bien la voir. Or moi-même, parfois, j’ai le sentiment qu’elle ne prend pas toute la place qu’elle devrait avoir.

Ma prise de poids s’est stoppée depuis quelques semaines. Je ne m’en plains pas mais c’est une grande différence avec mes grossesses précédentes. Parfois, mon ventre me semble normal pour un début de 6e mois, parfois peu arrondi. Pourtant, quand j’exhume mes autres photos de grossesse, je ne trouve pas de différence notable ou de « retard » pondéral. Malgré un bébé d’un gabarit plutôt moyen et proche de celui de mon aîné, mon ventre se rapproche plutôt de l’évolution de celui de ma deuz (bébé bien portant !). Ca m’arrangera toutefois de ne pas atteindre la circonférence finale occasionnée par l’Iroquoise ! On me dit aussi que ma grossesse ne se devine pas dans ma démarche. Elle ne se devine pas aisément non plus dans les vêtements souvent amples que je porte… et le fait que ce soit une gestation hivernale contribue au camouflage !

Mais concrètement, je sens surtout comme un certain détachement, une place dans mon quotidien qui peine à se faire. Ma mini squaw est aussi désirée que ses aînés (les obstacles m’en ont largement fait prendre conscience) mais elle arrive dans un contexte différent, qui fait suite à une sacrée tempête, des recompositions relationnelles avec des gens importants, une part de nous qui a grandement évolué. C’est étonnant, aussi, de constater que des choses différentes remontent à chaque grossesse. On en apprend toute la vie sur son histoire, ses motivations intrinsèques – et les hasards qui n’en sont pas tant que ça.

Autant je ne suis pas fan de l’état de grossesse, à cause de certains désagréments beaucoup trop envahissants dans ma vie de tous les jours, autant j’ai l’impression que les semaines filent, filent… plus vite que pour aucune autre grossesse. Il me reste moins de 4 mois à la porter et j’ai parfois le sentiment qu’à un moment, elle sera dans mes bras et je n’aurais rien vu passer, rien pu partager de quotidien et de régulier avec elle in utéro. Rien eu le temps d’expliquer à ses frère et soeur de ce qui nous attend. Je le fais pourtant, par bribes, suivant leurs demandes et nos envies, mais il reste ce ressenti…

Il y a aussi nos séances quotidiennes de partage, quand je m’allonge et qu’elle vient se coller contre la paroi de mon ventre ou devient si active <3  Mais c’est difficile à expliquer, c’est comme si nous restions en surface. Peut-être un reste de détachement lié à l’inquiétude, peut-être autre chose ?

Je suis pourtant entièrement persuadée que sa présence viendra compléter parfaitement notre cocon, que sa place se fera naturellement. Je l’attends avec impatience et curiosité.

Voilà. Rien de grave mais des sensations que je voulais poser 🙂

Bon Avent à tou-te-s !

2016-12-noel-2016-sapin-en-bois

Partage les signaux de fumée avec tes amis

4 réflexions sur “Visibilité et ressentis {24 SA}”

  1. Je pense qu’il ne faut rien voir de « négatif » dans le fait de ne pas se sentir connectée à son bébé tout le temps, parce que tu as une vie déjà bien remplie, et puis je me suis toujours dit que si on se nourrit plutôt correctement et qu’on ne vit pas dans un environnement hyper pollué ==> on apporte déjà tout ce qu’il faut à bébé !
    Bisous à toutes les deux <3

    • C’est vrai, elle a tout ce qu’il faut (surtout quand je parviens à être moins stressée) 🙂 Et je sais que, comme pour les aînés, elle aura toute notre attention quand elle sera là <3

  2. Entendu d’une psy à une maman enceinte de son 3ème qui pensait « ne pas profiter » de sa grossesse : au 1er on passe notre temps à se regarder le nombril (à fort juste titre 🙂 ) et le 3ème on ne le voit pas passer. Parce que justement, c’est la 3ème grossesse, qu’on sait ce que c’est. Ce sera forcément différent de la première où on se demande ce qui nous attend, à ressentir et guetter toutes les petites choses corporelles etc.
    D’ici, je lis une maman qui prend le temps d’interagir avec son bébé… dans le quotidien déjà bien rempli avec deux autres enfants (ce qui n’était pas le cas avec la première grossesse évidemment 😉 ). Comme vous le dites, ce n’est pas le même contexte, vous mêmes avez changé… Ce qui ne veut pas dire qu’elle n’a pas sa place, même maintenant… Peut-être (et ce n’est nullement un jugement) que vous comparez la manière dont vous avez vécu et agi pendant vos premières grossesses avec celle-ci et que vous avez l’impression de « moins » lui porter d’attention… mais, à mon sens, ce n’est pas le cas…

    🙂

    • Merci pour ce gentil commentaire 🙂
      Bien sûr, il serait improductif de comparer le temps disponible pour une 1ère et une 3e grossesse. D’ailleurs, j’apprécie que mon temps soit suffisamment pris pour que la grossesse me semble passer plus vite. Cela étant, même si je ne lui parle pas beaucoup (je n’ai jamais trop réussi à faire ça avec les bébés quand ils étaient dans mon ventre), j’adore ces petits moments où je la sens s’agiter sous ma main. C’est notre petit temps à nous, après le tumulte de la journée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*